Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 09:21

             Seulement  2 régiments de hussards furent créés en Pologne, le 10ème et 13ème.               
    -Respectivement le 10ème en 1809 à Posen et dans la même année le 13ème à Lublin.
    -La différence de l'uniforme entre les deux régiments est simple, le 10e  avait les brandebourgs et ornements de l'uniforme de couleur jaune et boutons en cuivre, tandis que ceux du 13e sont en blanc.
    -Les deux régiments sont à 4 escadrons de 2 compagnies
Descriptif de l' état-major d'un régiment :
    1 colonel                                       1 aumônier
    1 major                                          1 porte étendard
    2 chefs d'escadrons                     2 adjudants sous officiers
    1 payeur                                        1 trompette major
    2 adjudants-majors                      1 vétérinaire
    1 médecin de 1er classe              5 maîtres ouvriers (armurier
    2 médecins de 2é classe                  sellier,tailleur, culottier, bottier )
    2 médecins de 3é classe

       -Prenez note que seul dans les régiments polonais ont y trouve des aumôniers.
       -Les colonels des régiments de hussards sont respectivement, pour le 10é Jan Uminski
et pour le 13é J. Tolinski "1809-1813" et jan Sokolnicki "1813"

L'historique du 10éme est le suivant :
Il est formé en 1809 à Posen sous la dénomination de 2ème Régiment de hussards franco-galicien ou hussards de la grande Pologne. Ce n'est qu'en décembre 1809 qu'il sera nommé 10ème régiment de hussard du grand-duché de Varsovie. En mars 1812 il est fort de 587 hommes il est à Culm avec le 6ème uhlans dans la 2ème division polonaise avec comme chef  Dombrowski.

                                            ci-contre le 10éme régiment et sa Cie d' élite
   Après le passage  du fleuve, le Niémen, le 10e se distingue, le 30 juin, à Strejpuny, où il culbute avec vigueur des cosaques de la Garde russe.
 
       Le 15 juillet à Drissa, il subit de lourde perte et cela malgré sa bravoure.

  •       Le 27 a lieu le combat de Vitebsk où le colonel Uminski ainsi que le chef d'escadron Osipowski sont blessés.
  •       Le 8 août  à Inkovo il se couvre de gloire et cela en couvrant la retraite des chasseurs du duc Louis ainsi que des uhlans prussiens.
  •          Le 7 septembre à la bataille de Borodino il charge sans discontinuer, sous le feu de l'artillerie ennemi.
  •          Le 14 du même mois il pénètre le premier dans Moscou suivie des uhlans prussiens et des chasseurs du duc Louis.
  •           Le 20 septembre il ne lui reste plus que 15 officiers et 160 hommes.
  •           En février 1813 après des combats acharnés, il ne lui reste plus que 10 officiers et 246 cavaliers
  • Au printemps 1813 il est incorporé dans le 13éme hussards polonais.


L'historique du 13éme hussards :
Ce régiment est formé à Lublin en 1809 sous la dénomination de 1er régiment de hussards franco-galicien, en date de décembre 1809 il devient le 13ème de hussards, son effectif est alors de 1048 hommes officiers compris. Il est appelé familièrement "Enfants de Marie" et dans ce régiment l'ordre y règne et c'est ainsi que Poniatowski le cite à l'ordre de l'armée.
En 1811 le régiment  forme avec le 8ème uhlans la 1er division sous les ordres de Poniatowski, mais hélas son effectif a diminué pour ne représenter que 30 officiers et 543 hommes.
Notez le shako de couleur noir qui date vers 1813




Ces faits d'armes sont les suivants :

  • Le 10 juillet 1812 il se trouve au combat de Mir
  • Le 27 a celui de Romanovo
  •      A Smolensk il ne fait pas moins de 2000 prisonniers
  •       Le 7 septembre il est à Borodino (Moskova) où son colonel est blessé ainsi que Zalewski.
  •           Le 18 octobre il combat à Vinkovo où le prince Sulkowski est blessé en chargeant à la tête du régiment.
  •          Le 26 et 28 novembre il est à Bérézina prés du général Zayoncheck
  •         Le 16 janvier 1813 il est à Opatow avec 462 hommes et 31 officiers.
  •            Le 7 juin 1813 le comte de Valmy commandera le 4ème corps de cavalerie composé du 13ème, qui sera reformé avec les débris du 10ème hussards.

  L ' UNIFORME :

              Pour les 2 régiments la différence est la suivante pour ce qui est du 10éme, les galons et ornements, brandebourgs, boutons, passepoils et glands sont dorés sauf les cordons de shako reste en argent.

Et pour le 13éme,les ornements, les galons, brandebourgs, boutons, passepoils et glands sont blanc.
A gauche les shakos celui du haut appartient au 13éme
celui du bas au 10éme, et à droite les broderies de culotte celui le plus haut va au 13éme et l'autre au 10éme.            


                                    
   Ci-dessus les cols des régiments de hussards, à gauche celui du  10éme et à droite celui du 13éme            
    

Soldats en grande tenue :

             Pelisse de drap bleu foncé doublée de flanelle blanche et bordée de bouton noir, Avec 3 rangs de 18 à 20 boutons suivant la taille du cavalier.
              Dolman de drap bleu foncé à 3 rangs de boutons, collet et parement cramoisis, passepoilés à la couleur.
              Ceinture de hussards à 5 rangs, cramoisis olives à la couleur.
              Veste blanche avec manches.
              Culotte en tricot bleu clair avec hongroise et galon à la couleur.
               Bottes à la hongroise galon et gland à la couleur.
               Schako recouvert de drap bleu clair, les ornements, fourragère, jugulaire et cocarde sont pour les 2 régiments sont blanc. le plumet est retombant en crins de couleur noire, une ganse blanche descendant à moitié de la hauteur du schako et ensuite retenue par un bouton sur la cocarde.
              Sabretache de cuir noir avec galon de couleur, aigle polonais blanc pour les 2 régiment avec numéro du régiment à la couleur.
             Chabraque de couleur blanche avec dents de loup cramoisie pour les 2.
              Armements, sabre de cavalerie avec 2 pistolets.

-On m'écrit que les hussards étaient équipés réglementairement de la lance en 1813, personnellement cela me parais peu probable-


ci-dessus le 10éme avec trompette


Soldats en tenue de service et de campagne :     
       Comme pour la grande tenue mais sans les ornements sur les schakos.             
En campagne le charivari de drap gris garni de basane de cuir entre les jambes, deux bandes de bandes cramoisi sans passepoil et boutons sur le coté, puis fermé dans le bas par 6 boutons de métal de la couleur du régiment.


LES COMPAGNIES D'ELITES :
             Comme la troupe sauf que le schako est remplacé par un colback d'Astrankan noir à calotte de drap bleu clair. Pas de flamme, cordelière blanche et plumet blanc.

LES TROMPETTES :
Voir le chapitre sur les trompettes des régiments de Hussards
           
   

  Le 13éme régiment
                                                             














Mes sources pour ce paragraphe sur les hussards
Splendeur des uniformes de Napoléon de Charmy
tradition n° 181 "les hussards"
L'armée du duché de Varsovie de J.Chelminski
L' armée de Napoléon de J.Dommange
Planches :
Carte postal privé "inconnu"
Splendeur des uniformes de Napoléon--infanterie et régiments étrangers-
 planches de J.Chelminski

Repost 0
Published by M.patrice - dans La Cavalerie
commenter cet article
7 juin 2008 6 07 /06 /juin /2008 11:07

La fin de la guerre en Espagne pour un officier du 2éme régiment de la Vistule

            Le 21 janvier, trois des compagnies de mon régiment passèrent à Tortose quand accompagnant ces hommes de la Vistule je rencontrais un aide de camp de Chlopicki. Il m'apprit qu'on venait de recevoir l'ordre d'acheminer de suite en France les régiments de la Vistule, destinés selon toute apparence à être employés dans la prochaine guerre contre la Russie.
cet ordre fût exécuté avec une promptitude remarquable.

      Je partis donc avec mon bataillon de la 2ème Vistule et une partie du 1er régiment, je devais escorter presque un millier de prisonnier Valenciens accusés d'avoir participé au massacre des Français dans le soulèvement de 1808.

     Cette fois nous quittions l' Espagne pour n'y plus rentrer, je dois dire que la perspective de cette nouvelle guerre contre les russes souriait médiocrement à nos soldats, pourtant si patients et si braves. Quelques uns racontaient à leurs camarades qu'ils avaient vu dans leur pays, Pultusk et Ostrolenka, des milliers de blessés périr abandonnés dans la boue, et cela pendant la terrible campagne de 1807.

     Pendant le trajet nos soldats fatigués et honteux de servir de geôliers ambulants, laissèrent s'échapper beaucoup de prisonniers. Cette traversée des Pyrénées en plein hiver ne pouvait être que fort pénible, d'autant plus que nous coupions au plus court à travers les montagnes par un chemin impraticable pour les voitures.              
     Tous les cavaliers furent obligés  de mettre pied à terre et de gravir une rampe escarpés le commencement de cette montée n'était pas moins pittoresque que fatiguant.

     Quand nous eûmes dépassé un village la route devint encore plus pénible et même dangereuse, là ou les chevaux et les mulets ne peuvent passer qu'un par un, et suspendue à une grande hauteur au-dessus d'un précipice au fond duquel surgit l' Aragon et par comble de malheur, un ouragan de neige vint nous assaillir, plusieurs mulets et chevaux trébuchèrent dans le précipice ; un malheureux officier espagnol qui avait attaché trop solidement à son bras la bride de sa monture, ne put se dégager à temps et fut entrainé avec elle.



     Après deux jours de marche dans ces âpres sentiers, nous atteignîmes enfin la frontière française. Il y eut là un moment d'émotion presque solennel. Instinctivement tous les regards se tournèrent du coté
de l 'Espagne. On prenait congé d'elle comme d'une ancienne connaissance qu'on ne reverra plus ; on donnait un dernier souvenir à tant de misère et d'amis restés en arrière pour  TOUJOURS.......

   
                                                              Le dernier polonais quitte l' Espagne en 1811

" source unique du livre : souvenir d'un officier polonais scène de la vie militaire en Espagne et en Russie.
-par la librairie des deux empires"





Repost 0
Published by M.patrice - dans Histoire
commenter cet article
24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 11:27

                 Le 14 ème régiment de cuirassiers, issu du 1er cuirassier franco-galicien , a était formé à Konskie, au cours de l'été 1809 par un riche magnat polonais , le comte Stanislaw Malachowski qui d'ailleurs en prendra le commandement.
                  La création de ce régiment prévu comme cuirassiers ne sera pas facile, la cherté de l'équipement et des armes, de plus Napoléon ne veut pas d' une unité lourde en pologne préférant les uhlans.
                  Officiellement nommé le 14ème cuirassiers en décembre 1809 avec un effectif de deux escadrons soit 578 hommes et 32 officiers  l'ensemble des ces hommes (entièrement polonais) seront basés à Varsovie jusqu'en 1812.
                   Un moment il fut envisagé par le roi de Saxe à ce qu'il devienne un régiment de chasseurs à cheval mais devant l'obstination du prince Poniatowski le 14ème reste le 14ème cuirassiers.
                   En 1810 l'effectif du régiment est de 419 cavaliers et officiers et 314 chevaux présents.
                   En 1812 son effectif passera à 373 hommes et le 1er mars le régiment formera avec les 11ème et 12ème uhlans polonais la 3ème brigade de la 1er division de cavalerie sous le commandement de Rozniecki du corps d'armée polonais.

Le régiment restera toujours à 2 escadrons    

Organisation du régiment :
1 Colonel                           1 Major
1 Chef d'escadron              1 Trésorier payeur
1 Adjudant Major               1 Adjudant sous-officier
1 Aumônier                        1 Porte étendard
1 Trompette Major            5 Maîtres ouvriers
1 Vétérinaire                      1 Médecin 1er classe
1 Médecin 2éme classe      2 Médecins 3éme classe

Chaque escadron était composé de :
1 Capitaine                        1 Lieutenant
2 Sous-lieutenant               1 Maréchal ferrant
2 Trompettes                     1  Maréchal des logis chef
4 Sergents                          1 Fourrier
8 Caporaux                        79 Cuirassiers                 
                                
Sur cette planche de gauche à droite : Adjudant-major en grande tenue 1809 1810 / Cuirassier tenue de campagne 1810 / Officier sulbaterne en petite tenue 1810 / Cuirassier en tenue d'écurie 1810....

                               Le 4 juin 1812 il est affecté au 4ème corps de réserve de cavalerie "Latour- Maubourg" il formera avec les gardes du corps saxons et les cuirassiers saxons la 1er brigade de la 7éme division de cuirassiers sous les ordres de Loges. Son effectif est alors de 20 officiers et 352 hommes.
                             Le régiment reçoit son baptême du feu à la bataille de la Moskowa (borodino) chargeant à plusieurs reprises  en compagnie des cuirassiers saxons ils enlèvent à l'ennemi 5 canons et font 300 prisonniers.
                             Il combat encore à Voronovo le 2 octobre, le 9 novembre le 4ème corps fort au début de 6500 hommes n'en compte plus que 250 au plus et il sera avec le 14ème dirigeait sur Smolensk.
                             Le 9 mars 1813 les restes du régiment passe sous les ordres du général de division Dombrowski avec seulement 2 officiers et 77 hommes, ont prélèvent sur les dépôts les quelques hommes encore valide pour formait un second escadron.
                             En cette même année 1813 il est dépourvu de cuirasse et en partie de casque, il est affecté avec les Krakus au corps de cavalerie dit d'avant garde, commandé par le général Uminski.
                             Un escadron du 14 ème assiste impuissant à la mort de leur chef le prince Poniatowski à Liepzig le 19 octobre, ensuite encerclés la plupart d'entre eux seront fait prisonniers. Les quelques survivants se retrouvent en France.

                             C'est à Sedan le 29 décembre 1813 que le régiment est dissous son effectif est alors que de 3 officiers et 36 sous-officiers et soldats.

LA TENUE DU CUIRASSIER 1809
   Comme pour les cuirassiers français avec ces petites différences ;
            Boutons plat en cuivre avec le numéro 14 en relief.
            Habit surtout avec 11 boutons sur le devant.
  Plaque de ceinturon en cuivre avec une grenade en relief.

  LES TROMPETTES
             Les trompettes en grande tenue possèdent la même coupe que les modèles français. Aigrette du cimier et crinière rouges. Boutons en relief. Plumet moitié bas écarlate et haut blanc.
             L'habit avec 9 boutons avec collet fermé et parements rond écarlates, sans patte ni passepoil avec deux petits boutons dans le parement.
          Porte manteau carré sans le numéro 14
         Banderole de giberne en cuir blanc avec une grenade de cuivre.
   En petite tenue les trompettes avaient la même coupe que les cuirassiers français, avec l'habit-surtout en drap blanc, collet rouge liseré blanc.
             
                        

LES OFFICIERS
Les officiers comme pour les français  mais avec les différences qui sont :        
   Les épaulettes, tous les ornements, les boutons etc... sont en or.
    Collet de drap rouge fermé par trois agrafes. Grande housse et chaperons de drap cramoisi, avec une grenade or sur les chaperons et la housse. porte manteau carré ornement or.   
Giberne avec baudrier blanc avec garnitures et ornements de laiton (voir image à droite)
                                                           
   En grande tenue les officiers portent la tenue blanche ( voir image en bas à droite)
              

ARMEMENT DU CAVALIER
            Armement du cavalier, sabre droit du modèle français à poignée de métal jaune la longueur du sabre était de 120cm pour un poids de 2,5 kg.
             Pistolets garnis d'acier. Ceinturon de cuir blanc avec pièces de métal jaune.
           Giberne de cuir blanc garnie  avec une grenade au centre, la banderole de cuir blanc ciré se  portant par dessus la cuirasse avec la boucle de métal jaune.          
                                                                                                                                           



    
                                                A droite cuirassier en manteau
          En bas un officier

  
                           


 














TENUE DU 14éme EN 1813.

                    Disparition de la cuirasse, seul le frac reste. La grande tenue des trompettes, selon Suchodolski est en habit frac rouge à col et parements retroussis et passepoil bleu plumet et crinière blanc. Grenade aux retroussis.



      6 : Officier en grande tenue
      7 : Trompette  1813 selon Suchodolski
      8 : Cuirassiers après 1812 sans la cuirasse


     














  





Le 14éme fut le premier et dernier régiment de cuirassiers en Pologne

 

 

                          
Le 14 ème et ces 7 batailles ou il se couvrit de gloire :

1812 Borodino
1813 Friedland, Pittersbach, Krakau, Strohweide, Weida, Liepzig.
Ces Colonels :
1809 Malachowski
1813 Dziekonski

Je ne trouve pas d'indication si le 14éme avait un étendard.....

















                                           

Repost 0
Published by M.patrice - dans La Cavalerie
commenter cet article
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 09:00


             C'est le 28 novembre 1806 que le 2ème régiment est formé à Varsovie.
Faisant partit de la 1er légion (division) sous les ordres du général de division Poniatowski.

    Par ordre de J. Poniatowski, devenu ministre de la guerre, que réellement le 2ème voit le jour en 1807, placé sous le commandement du colonel S. Potocki,connu sous le nom de Stas , il est affecté en avril de la même année au 10ème corps de la Grande Armée sous les ordres du Maréchal Lefebvre.

    Le 1er bataillon partant de Varsovie en avril 1807 arrive à Graudenz le 26 pour faire partie des troupes employées au siège de la place contre les Prussiens.
    Le 2 mai le 1er bataillon est dirigé sur Thorn.
    Le 2ème bataillon lui se trouve à la division Gielgud.


       On retrouve le 2ème régiment avec 2 bataillons à Danzig en mai 1807 pour faire partie de la division Gardanne son effectif est alors de 19 officiers et 1001 hommes.
      Le 20 juillet 1807  il passe aux ordres du maréchal Davout pour être attaché à la division Zayoncheck du 3ème corps.
       
       Regroupé en 1808 le régiment fort de 2068 soldats quitte Varsovie pour se rendre à Plock, puis Dobrzyn, Prasnitz et Modlin.
        C'est cette même année que Potocki est remplacé par J. Krukowiecki.
      Durant la campagne d'Autriche, le régiment se distingue à Zamosc le 20 mai 1809. Après cette campagne le régiment tient garnison à Varsovie ou un 3ème bataillon est crée en 1811.
         En 1812 le régiment forme avec le 12éme régiment la 1er brigade de la 3éme division d'infanterie polonaise

       
Pour la campagne de Russie il est affecté au 5ème corps de Poniatowski à la division Kamieniecki, le régiment se distingue particulièrement à Smolenk le 17 août 1812
     Il combat le 7 septembre à la Moskowa où il subit de lourdes pertes,
     Il combat encore et toujours à Vinkovo puis à la Bérézina ou grâce à  l'intervention de l'officier Szymanowski qui  à la tête du reste de son régiment, sauve le parc d'artillerie polonais.
   Dans la retraite de Russie le 2ème a sut, de part son endurance et son courage, maintenir l'ennemi.

      En 1813 après la retraite de Russie il arrive à Leipzig avec seulement 38 officiers et 644 hommes, placé sous les ordres du colonel Szymanowski le régiment est alors réorganisé à Zeitz.

 Le régiment se bat encore à Liepzig, le 18 octobre 1813 pour ensuite suivre le mouvement de retraite jusqu'à Sedan avec la division de Dombrowski.

    C'est à Sedan, le 29 décembre 1813 que le régiment est dissout, il compte plus que 42 officiers et 169 sous-officiers et soldats.

                                  UNIFORME DU 2éme REGIMENT

A partir de 1807
Il est dans la 1er légion ou 1er division :
                            
 La schapska à la polonaise avec cocarde blanche, aigle argenté et un bandeau de cuivre avec le numéro du régiment inscrit.                                                                               
 cordon blanc et raquette blanche.
Armement prussien ou encore autrichien et fourniment blanc à la française.
Le bonnet de police bleu foncé avec galon et gland rouge.
La kurtka et pantalon bleu foncé, revers jaunes, col et parement rouge.
Le pantalon est blanc en été et bleu en hiver avec guêtre blanche en été et noir en hiver.Le plus souvent porté sur les guêtres.
Habit poches en long avec passepoils de la couleur distinctive, boutons cuivre.Capote gris beige.

  
    Fusiliers : pattes d'épaules en drap de la couleur
        de l'habit liserés de la couleur distinctive. Collet et parement rouge
     La schapska avec cordelière blanche
   Grenadiers : rajoutez épaulettes rouges à franges, dragonnes rouge,
le sabre briquet, cordelière et plumet rouge. Collet et parement rouge
    Voltigeurs : rajoutez épaulettes jaunes à franges, sabre briquet
avec dragonne jaune, cordelière et plumet jaune. Collet et parement rouge.



                     
              A partir de 1810 :
     La schapska ne change pas sauf pour les grenadiers
qui porteront progressivement le bonnet à poil.
      La tenue peut-être différente, dans le régiment voir les deux tenues ci-dessous, mais le collet bleu clair est le plus souvent porté pour le 2ème régiment.
Le pantalon est bleu souvent tombant sur les chaussures de couleur noire. Capote gris-beige avec passepoil rouge au collet.
 
Grenadiers : rajoutez épaulettes rouges à franges, le bonnet à poil avec cordelière blanche et non rouge, plumet rouge
sabre briquet et dragonne rouge.
Voltigeurs : les épaulettes jaunes ou vertes, avec collet jaune passepoilé rouge, plumet en principe jaune mais aussi 2/3 jaune et vert ou à l'inverse.
                



       Il faut savoir que sur les gibernes des fusiliers le chiffre 2 est inscrit, chiffre du régiment, sur celui des grenadiers une grenade et celui des voltigeurs un cor. Sur les boutons de l'habit apparaît le numéro du régiment. Il n'y a pas d'ornement sur les retroussis.
                                                






 











De gauche à droite : Tambour major 1808                            De gauche à droite  : Sous-officier de Fusiliers 1810
Officier 1810--Tambour 1808--                                                 Fusilier 1810/13-- Sous officier de Fusiliers 1810.
Sgt de Voltigeur 1810/11---- Voltigeur 1813
Sgt de Grenadiers 1810/11



Mes sources pour ce paragraphe sur le 2éme régiment polonais :
  L' Armée de Napoléon..Uniformes du 1er Empire 1792/1815 par J.Domange.
  Splendeur des uniformes de Charmy.
  Le site Histofig-le site du jeu d'histoire-

Planches par ordre d'apparition :
 Bonaparte, pris sur le net"inconnu"......Schapska photo privé Patrice.... Photos d'une reconstitution prise sur le net...
 les planches du site Histofig" Le duché de Varsovie par F. Pouvesle......planche 29 du livre l'armée du duché de Varsovie par J.V. Chelminski et A.Malibran......2 planches n° 101 et 102 du livre l'armée de Napoléon "Uniformes du 1er Empire 1792/1815 par J.Domange.........

Repost 0
Published by M.patrice - dans L' Infanterie
commenter cet article
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 10:02

                        Le 10 avril, pendant que les archiducs Charles et jean se lancent à l’assaut de la Bavière pour le premier et l’Italie pour le second, un troisième front va s’ouvrir avec l’archiduc Ferdinand qui, partant de la Galicie à la tête du 7eme corps fort de 40.000 hommes, envahit la Pologne.

                      Ce petit pays qui est défendu par le prince J. Poniatowski, va entamer cette campagne avec des forces nettement inférieures. Comptant sur un nouveau soutient promis par Alexandre, le corps russe resta en retrait. Certes le tsar avait d’autre préoccupation, comme celui de la Finlande, mais surtout décidé à ne pas remplir ses engagements vers la France. Cela n’empêche pas Poniatowski de faire face à son adversaire du jour, les Autrichiens.

                     Un combat acharné et meurtrier va opposer nos deux armées durant plus de huit heures et cela dans une zone marécageuse à Razyn. Nos braves polonais tiendront le choc face aux autrichiens et seule la nuit put séparer les combattants. Au lendemain, Poniatowski décide avec le peu de soldats qui lui reste de se replier sur Varsovie. Il opère donc un retrait suivit de prés par les troupes de l’archiduc Ferdinand. Il s’ensuivit un armistice, ou impressionné par la bravoure de ses adversaires, Ferdinand signe une espèce de convention limiter dans le temps, ce qui permet à Poniatowski de se retirer au nord de la Vistule avec le reste de son corps d’armée.
                     Cet arrangement est favorable aux polonais qui conservent la rive droite de la Vistule avec d’excellentes positions. Lors de la poursuite des combats. Les Autrichiens, vont essayés de forcer le passage de la Vistule à Grochow et à Gora, ils furent repoussés après de lourdes pertes. Loin d’une intimidation, notre prince polonais conçut un plan audacieux qui devait libérer la Pologne de ces envahisseurs. Se mettant à la tête des troupes dont il put disposer, il cessa de tenir tête aux autrichiens et se jeta rapidement sur la Galicie avec la bonne intention de couper la ligne de retraite et de les prendre entre son corps et celui de Dombrowski alors à Posen.
                    Ce plan marche et toute la province de la Galicie heureuse de sa libération, se porte au devant de ses libérateurs. Ce qui a des conséquences immédiates sur le moral de leurs ennemis. Effrayé d’un nouveau danger qui le menaçait, l’archiduc se hâta d’évacuer Thorn et Varsovie pour gagner la Moravie. Les Autrichiens furent alors obligés d’évacuer toute la Galicie soulevé contre eux, les troupes polonaises se contentèrent de s’arrêter dans cette province en menaçant de poursuivre leur avance.

                         L’ Empereur heureux d’apprendre la nouvelle, crut un peu plus tard, de récompenser les polonais en leur donnant une partie de leur conquête ; Ce qui a pour effet un mécontentement de Poniatowski ; « il nous donne la Galicie, s’écriat-il, elle ne lui a pas coûté cher : Nous l’avons conquise après avoir été abandonnés à nous-mêmes. Encore en a-t-il cédé une portion aux Russes ; qu’ont-ils fait cependant pour mériter ce présent ».
     

                              
             
                                                 

                                                     Artilleur                 Grenadier         Tambour

Composition de l'armée polonaise en 1809
31.713 hommes et 6.035 chevaux dans une composition de 12 régiment d'infanterie et 6 de cavalerie sans oublier les 3 bataillons d'artillerie et de service :
si l'on retire les troupes hors du territoire du duché : il ne reste que 17.397 fantassins et 4580 cavaliers avec un parc de 296 canons reparties entre les places fortes


Commandant en chef le Prince PONIATOWSKI

Brigade ROZNIECKI
2, 3 et 6éme Lanciers à 3 escadrons plus le 5éme Chasseurs et 1 batterie à cheval
 Brigade SOKONICKI
1 bataillon du 1er, 6 et 8éme régiment d'infanterie et 1 batterie à pied
Brigade BIEGANSKI
2 bataillons du 3éme régiment et 1 batterie à pied
Brigade saxonnes DYHERNN
1 bataillon du régiment Oebschelwiz 1 bataillon de grenadier, 2ème régiment polonais et 2 batteries à pied
Brigade KAMIENIECK
1 bataillon du 1er et 8éme régiment de ligne et 1 batterie à pied
Réserve
3 escadrons du 1er Chasseurs 1 escadron Hussards Saxon et 1 batterie à cheval.



    


    




Dans cette nouvelle province de Galicie de nombreuses
troupes y sont levées rapidement
soit :
6 régiments d'infanterie, 7 régiments de Lanciers, 2 de Hussards et 1 régiments de Cuirassiers.
       L'Armée dite Franco-galicienne est née.
     Aprés bien des difficultés cette petite troupe passe sous le duché de Varsovie en 1810.
Le total de l'armée polonaise passe alors à 62.135 hommes.

    
     C'est à cette même campagne de 1809 que les Chevau-légers de la garde à cotés de L'empereur sur le Danube assistent à toutes les batailles et se font remarquer à Essling et Wagram où justement c'est dans l'une de ces nombreuses charges que l'escadron de Stokowski culbuta un régiment de Uhlans Autrichien, s'empare des lances ennemis pour poursuivre leur adversaire.
    C'est du reste à la suite de ce fait d'arme que les chevau-légers demandèrent à compléter leur armement par la lance.



                     J'ai pas pu résister à vous mettre cette vidéo sur cette campagne :
         Vous y verrez les principaux généraux, Dombroski, celui qui boit un verre avec ses officiers et Poniatowski avec sa pipe faisant le coup de feu avec la troupe,  ces images doivent certainement se passer dans les marées de Raszyn, où les autrichiens battent les polonais et envahissent Varsovie.

   

                              
                                          



   un sentiment de courage qui anima le Prince Poniatowski :

               " Quels sentiments durent l'agiter dans le bois voisin , vers trois heures de l' après midi, son brûle gueule entre les dents, saisissant la baïonnette  d'un troupier, il conduisit lui même au feu le 1er bataillon du 1er  régiment d'infanterie"
---Nous raconte S.Askenazy dans son ouvrage intitulé " Le Prince J.Poniatowski" publié en 1921.

Epilogue :
     En cette campagne de 1809  c'est
la 1er fois que les Polonais qui sous un commandement d'officiers Polonais avec une armée polonaise et sans influence française se battent pour défendre leurs droits à une nation, la leur!!!!
     Je n'ai pu malheureusement trouver la moindre gravure et la moindre idée sur l'uniforme des premières troupes Franco-galicienne
 "si par hasards vous connaissez leur tenue....."
  Je pense que leur tenue devait être disparate avec des restes d'uniformes  Autrichiens et  Prussiens. Leur armement  serait  le fusil autrichien et prussien.

 
Mes sources sur le paragraphe sur cette campagne :
Napoléon et la campagne d'autriche n° 14
Napoléon et les troupes polonaises n° 8
L'armée du duché de Varsovie de J.V Cheminski et A.Malibran
La campagne d'Autriche de 1809 par M.Moliéres
Planches
Par ordre de parution :
CP privé....Troupes polonaises à Raszny.... Artillerie à cheval 1809


 
Repost 0
Published by M.patrice
commenter cet article
4 avril 2008 5 04 /04 /avril /2008 14:03
Exclusivement sur les troupes Polonaises ayant servies sous les Aigles Françaises.


DONC JE ME LANCE

 


HISTORIQUE BASIQUE ET RAPIDE


      Les Polonais se battent à nos côtés , dans la période qui nous intéresse, depuis 1797. Sont crée 2 légions (division chez les français) attachées à la république Lombarde. Une légion en 1799 dite du Danube voit sa création à l'armée du Rhin elle comprend alors 4 bats d'infanterie, 1 rgt de Uhlans et 1 Cie Art légère.
    Puis en 1800 les 2 légions Lombarde passent sous la république Cisalpine là elles deviennent 1ére légion polonaise d'Italie, elle comprend 7 bat d'infanterie et 1 Cie art à pied.

    En 1800 la légion d'Italie et celle du Danube deviennent respectivement 1er et 2éme légion polonaise. Ces 2 légions sont réorganisées en 3 demi-brigades, puis en 1801 la 1er demi-brigade passe au service de la république d'italie et les 2 autres deviennent la 113 et 114 ème demi-brigade.





    Ce n'est pas finit en septembre 1806 a été crée par décret 2 légions du Nord à 4 bataillons, ce sont essentiellement des déserteurs et prisonniers prussiens. La 1er légion basé a Mayence et la seconde à Nuremberg.
     Dans cette même année fut crée l'armée polonaise puis duché de Varsovie. pour compliquer la chose en 1807 fin des 2 légions du Nord qui sont rattachées à celle de l'armée polonaise
.
     Pour ce qui est la légion de la Vistule appelée a ces débuts Légion Polacco-Italienne, elle vit le jour en 1807 avec les débris des unités polonaises qui se trouvaient encore en Italie. Elle comprenait  le 1er rgt de lanciers de la Vistule ainsi que 3 rgt d'infanterie qui passe au service du royaume de Westphalie puis à celle de la France.
     Une seconde légion de la Vistule , très ephémère, voit le jour en 1809 elle devait se composée de 3 rgt d'infanterie issus des déserteurs ou prisonniers polonais servant dans l'armée autrichienne. Mais en réalité, elle ne fut que de courte durée, en cause le manque d'effectif.
     En conclusion en 1810 ont pouvait compter sur l'armée du duché de Varsovie et des légions de la Vistule.
 
                                                                                 image d'une reconstitution


  
LA PREMIERE ORGANISATION DE L'ARMEE POLONAISE


Pour faire simple la 1er organisation de cette armée date de 1807,. La Prusse grande perdante du traité de Tilsit perd ses acquisitions polonaises au profit du roi de saxe Frédéric- Auguste qui devient grand duc du Duché de Varsovie.

  ETAT MAJOR GENERAL :   PRINCE JOSEPH PONIATOWSKI

   1ére division : PONIATOWSKI
  1er 2éme 3éme et 4éme régiment d'infanterie
  1er régiment de chasseurs à cheval
  2éme régiment de lanciers                        
  1er bataillon artillerie à pied

   2éme division : ZAJONCZEK
   5éme 6éme 7éme et 8éme régiment d'infanterie
   3éme régiment de lanciers
   4éme régiment de chasseurs à cheval
   2éme bataillon artillerie à pied

   3éme division : DOMBROWSKI
   9éme 10éme 11éme et 12éme régiment d'infanterie
   5éme régiment de chasseurs à cheval
   6éme régiment de lanciers
   3éme bataillon artillerie à pied
 Pour un total de 31713 fantassins 6035 cavaliers et 95 canons

           En même temps le régiment de chevau-légers de la Garde s'organisait dans la caserne de son colonel  comte Krasinski.
          L'ancienne légion polaco-italienne, arrivée en Silésie prit le nom, bien plus tard, de légion de la Vistule et fut divisée en 3 régiments, quand aux lanciers, qui devint plus tard le 7éme lanciers français, reçut comme nouveau chef en remplacement du
colonel Rozniecki, le colonel Kicli voir bas du paragraphe.

        
      Tout ce petit monde sous la tutelle du roi de Saxe et sous le commandement du maréchal Davout qui avait sous ses ordres les troupes françaises et étrangères se trouvaient dans le duché, le maréchal était en réalité un vice-roi.
        En septembre 1807 les troupes françaises se retirèrent pour la Silésie, Poniatowski se retrouve alors seul avec les 3 divisions Polonaises et le maréchal Davout lui en confit le commandement.

       Il nous faut revenir en arrière pour dire qu'en 1806 onze jours après Iéna et Auerstaedt, le maréchal Davout entre dans Berlin, deux jours plus tard sont appelés par courrier spécial pour préparer le soulèvement polonais à la cause des français le général Dombrowski  (Dabrowski) ainsi que Wybicli qui accourent eux aussi à Berlin.
       L'Empereur les reçoit tout les deux dans cette capitale et leur fait des promesses, qui chacun sait il ne tiendra pas, promesse de libération de la Pologne. Suite à l'appel des ces généraux nombre de polonais répondirent présent pour un enrôlement dans cette nouvelle armée, même la noblesse qui à défaut de fusils avait armé les paysans de faux et de piques, et ceux-ci aident les français a désarmer les garnisons prussiennes de la Warta à la Vistule.
       Quand Murat accompagné de Poniatowski rentra le premier dans Varsovie toute la population était à son comble de la joie..Il est bien évident qu'à ce moment là toute la Pologne prends les armes auprès de l'armée française.
      Dés son arrivé Dombrowski se consacre à la première organisation de troupes polonaises. Des soldats polonais sous les drapeaux français tel que la légion Italique la demi-brigade de Grabinski forte de 800 hommes ainsi que le régiment de lancier de Rozniecki sans oublier la légion du Nord avec ses 2500 soldats sont appelés a rejoindront cette nouvelle armée.
      
     Enfin avec un enthousiasme sans précédant et un recrutement facile et rapide il commença par organiser 4 régiments d'infanterie et 2 de cavalerie de ligne sans compter les troupes irrégulières qui se formaient de tout cotés.
   Pour enfin se retrouver en quelques mois avec les 3 divisions,vue ci-dessus, appelé aussi les 3 légions, sans oublier la légion Polacco-Italienne avec le régiment de lancier, à noter que le 5éme régiment qui passe dans la 2éme division était l'ancienne légion du Nord.

Pour l'uniforme des régiments d'infanterie:
les 3 divisions où légions ;
       
Chaque régiment est composée à la française de 3 bataillons à 6 compagnies, 1 grenadier, 1 voltigeur et 4 fusiliers. Dans chaque état-major l'on trouve un aumônier portant la distinctive violette pour tous les régiments.

      Pour la légion Polacco-Italienne qui se dirigeait sur le duché de Varsovie pour être intégrée dans l'armée polonaise enfin c'est ce qu'elle pensait. Arrivé en Silésie elle est confié au début au royaume de Westphalie, basé à Cassel et toujours appelé Légion Polacco-Italienne elle passe ensuite sous tutelle de la France et se dirige sur Paris.
        Rapidement début de l'année 1808 après avoir été reéquipée à la française elle fût appelé Légion de la Vistule et fût dirigé aussitôt vers l'Espagne.
elle fut répartie en 3 régiment :
    le 1er sous les ordres du colonel CHLOPICKI
    le 2éme sous celui du colonel BIALOWIEJSKI
    et le 3éme par le colonel SWIDERSKI
    le régiment de cavalerie par le colonel KLICKI.
         Elle porte l'uniforme indiqué dans le paragraphe LES POLONAIS EN ESPAGNE. la composition d'un régiment et de 2 bataillons à 6 compagnies. Chaque compagnie comprend 1 de grenadier, 1 voltigeur et 4 fusiliers,140 hommes composent la compagnie soit 840 par bataillon et 1680 par régiment.
Pour les 3 régiments un seul bataillon de dépôt.
                                                   Et nous ne sommes que fin 1808

Mes sources pour ce paragraphes :
L'armée du duché de Varsovie par J.V Chelminski et A. Malibran
Napoléon et les troupes Polonaise tradition HS n° 8
Charmy "Splendeur des uniformes"
L'Armée de Napoléon organisation et vie quotidienne par A. Pigeard
Planches :
L'armée de Napoléon illustration de J. Domange
 ordre de parution : 8éme Régiment.......10éme Régiment......4éme Chasseur à cheval.

            

L' ARMEE POLONAISE DE 1810 A 1812


                   Quand s'acheva l'année 1809, la situation du duché de Varsovie, et cela malgré la gloire de la campagne de 1809, était critique. Les caisses du duché était vide, le pays ravagé par la guerre, la Pologne se retrouve sans ressources.
             Napoléon 1er, qui prévoyait des difficultés ultérieur avec la Russie se préparait déjà à les surmonter. Faisant une lourde pression sur le prince Poniatowski, devenue alors ministre de la guerre, lui demanda de renforcer les arsenaux, les magasins, et surtout d'augmenter les effectifs militaires.

        Le décret de mars 1810, porta l'effectif de l'armée à 60.000 hommes en incorporant les troupes franco-galicienne(voir paragraphe La campagne de 1809). Cette armée était composée de 6 régiments d'infanterie d'un total de 16.500 hommes et de 6 régiments de Lanciers, 2 régiments de Hussards et d'1 régiment de Cuirassiers pour un total de 8.600 hommes.

          
La composition pour l 'infanterie est la suivante :

17 régiments à 3 bataillons de 6 compagnies ; chaque régiment à 2.480 hommes environ.
      sur les 17 régiments, 3 sont en Espagne le 4,7 et 9 ème avec 1 compagnie d'artillerie et 1 de sapeur.
le 5ème régiment était l'ancienne légion du Nord. le 17 ème est celui qu'avait formé a ses frais le comte Zamojski et le 13 ème est le seul en habit de drap blanc.

         Chaque bataillon d'infanterie
était toujours composé de 1 compagnie de grenadiers, 1 de voltigeurs et de 4 fusiliers. dans chaque compagnie :
1 capitaine                                    1 fourrier                      
1 lieutenant                                   8 caporaux                       
1 sous-lieutenant                           2 tambours
1 sergent-major                             117 soldats
4 sergents

               État- major :
1 colonel                                        1 aumônier
1 major                                          6 adjudants sous-officiers
3 chefs de bataillon                         2 sous-officiers porte aigle
1 payeur                                         1 tambour de régiment
3 adjudants-majors                         1 tambour de bataillon
1 porte aigle                                    8 musiciens
1 médecin de 1er classe,                  3 maîtres ouvriers, armurier,
2 médecins de 2éme classe                  tailleurs et bottiers.
3 médecins de 3éme classe

                Les officiers pour les 3 bataillons du régiments:
18 capitaines réparties en 3 classes
18 lieutenants en 2 classes
18 sous-lieutenants.

                                 TOTAL EN HOMMES POUR L' INFANTERIE : 42.160
                                                         

16 régiments de cavalerie à 4 escadrons de 2 compagnies, sauf les Cuirassiers seulement 2 escadrons.
   11 Lanciers : le 2,3,6,7,8,9,11,12,15 et 16ème
     3 Chasseurs : le 1er, 4 et 5ème
     2 Hussards : le 10 et 13 ème
     1 Cuirassiers : le 14ème
                  Chaque compagnies était composé de:
1 capitaine                                       1 fourrier
1 lieutenant                                      8 caporaux
2 sous-lieutenant                              1 maréchal-ferrant
1 maréchal des logis chef                 2 trompettes
4 sergents                                       79 cavaliers

                  Chaque régiment :
3 capitaines de 1er classe               4 lieutenants de 2éme classe
5 capitaines de 2éme classe           16 sous-lieutenants
4 lieutenants de 1er classe

                  État-major du régiment :
1 colonel                                         1 aumônier
1 major                                           1 porte-étendard
2 chefs d'escadrons                         2 adjudants sous officiers
1 payeur                                         1 trompette major
2 adjudants-majors                         1 vétérinaire
1 médecin de 1er classe                  5 maîtres ouvriers, armuriers, sellier, tailleur, culottier et bottier
2 médecins de 2éme classe
2 médecins de 3éme classe

                                         TOTAL EN HOMMES POUR LA CAVALERIE :  12.764



  1 régiment d' artillerie à pied de 16 compagnies soit 8 de campagne et 8 de place.
  1 régiment d'artillerie à cheval à 2 escadrons de 2 compagnies
  1 compagnie d'ouvriers
  1 bataillon de sapeur à 6 compagnies dont 1 de pontonniers.
avec un total de canon de 165 pièces.

                                          TOTAL EN HOMMES POUR L' ARTILLERIE :  4.331
 

 A cela il nous faut rajouter 4 Généraux de division :
ZAJONCZEK            DOMBROWSKI
SOKOLNICKI           KAMIENIECKI

Et 14 Généraux de brigades :
KRASINSKI , POTOCKI, GRABOWSKI, NIEMOJEWSKI , ZOLTOWSKI, KOSSECKI,
TYSZIEWICZ , KWASNIEWSKI, KAMIENSKI, DZIEWANOWSKI, TURNO, RADZIWILL, BRONIKOWSKI, SULKOWSKI .
 
              Il ne faut pas oublier les régiments polonais encore à la solde de la France :
Légion de la Vistule avec ces 4 régiments
Les lanciers polonais soit le 7 et  8ème et le 1er chevau-légers Lanciers de la Garde.

            Tous ces régiments ainsi que ceux d' Espagne seront constamment augmentés en effectif. Par exemple le régiment de Chevau-légers Lanciers de la garde fut porté de 1000 à 2000 hommes en 1811.
              L' Empereur pressait par les événements et la future campagne de 1812 rajouta à chaque régiment d'infanterie une compagnie supplémentaire, et porta à 1000 chevaux les effectifs des régiment de la cavalerie.
           Ce qui porta à presque 75.000 hommes sur une population de 3.800.000 habitants. Les polonais sous les armes étaient entièrement à la solde du duché sauf pour le moment ceux de la Vistule et les trois régiments de Lanciers.
         On peut aisément imaginer l'état d'épuisement de ce petit duché tant en homme que financier.  Les fonctionnaires ainsi que beaucoup d'officiers ne touchaient pas leur traitement et personne ne se plaignait.

     En mars de 1812 le prince Poniatowski reçu l'ordre de l' Empereur de se tenir prêt à marcher.

    

      



 

                                              LA CAMPAGNE DE 1812 VA COMMENCER.........



          



                                                            LES POLONAIS EN ESPAGNE

Toujours pour rester simple et sans trop rentrer dans les détails.

     Les premiers polonais qui rentrent en Espagne furent les 2 escadrons des chevau-légers de la Garde sous les ordres de Murat.
     En mai 1808 la 1er légion de la Vistule ceux d'Italie avec ces 3 régiments d'infanterie et le régiment de lancier arrivent en Espagne à Saragosse pour livrer leur première bataille, puis rentrent à leur tour dans la péninsule 3 régiments d'infanterie polonaise le 4ème 7ème et 9ème.
                                              Ce qui porte à environ à 16.000 hommes


   


Ci-contre le 4ème d'infanterie polonaise à Fuengirola 













                 
A droite : le régiment de lancier de la Vistule. Les lanciers de par leur bravoure inspiraient une telle terreur que les Espagnols les surnommèrent " los infernos picadores".






  Infanterie de la Vistule
Bataille où ils se couvrirent de gloire
Saragosse
Sagonte











 Un régiment de la seconde légion de la Vistule crée en 1809, vint rejoindre les trois autres de la 1er légion, ce qui porte à 4 régiments puis en 1811 un second régiment de lanciers voit le jour.
4 mois plus tard disparaissent les deux régiments de lancier de la Vistule pour créer les 7, 8 et 9ème régiment de Chevau-légers lanciers ils furent incorporés dans l'armée Française.
         Tout ce petit monde sera réunis en 1811 sur l' Ebre soit un total de 6000 hommes comprenant
7 régiments d'infanterie et trois de cavalerie...... plus les escadrons de chevau-légers lanciers de la Garde qui entre temps en 1810 reçurent la lance comme arme principale et qui ne cesseront de faire l'aller retour entre la France et l' Espagne pour servir d'escorte.
          Le dernier Polonais quitte l' Espagne en septembre 1811
On a évalué les pertes de nos Polonais à 40.000 hommes pendant les trois ans et demi dans cette guerre ibérique.
                                               Il n'est pas facile de définir la tenue que portait les 3 Régiments Polonais en entrant en Espagne, par contre pour ce qui est de la légion de la Vistule les informations ne manque pas et bien sûr les chevau-légers de la garde semble facile..
Pour commencer il faut savoir deux choses sur la tenue des Polonais :
Une Kurtka c'est le nom de l'habit Polonais
Une Schapska c'est le nom du shako Polonais
Ceux qui portent une Schapska n'est pas forcément Polonais "Italien, tête de colonne française par exemple"

Voici ce que pouvait être la tenue des 3 régiments polonais.
En 1808 la coiffe est la Schapska

Le pantalon pouvait être de couleur bleu ou encore blanc. Plumet, pompon, cordon de raquette: Rouge pour les grenadiers, jaune pour les voltigeurs et bleu clair pour les fusiliers.






Pour les 4 régiments de la Vistule
: Ils portent le shako à la Française, la plaque de shako représente un soleil en cuivre,  seule petite particularité ce sont les sapeurs le colback assez haut. Sur le devant une plaque ( soleil cuivre avec en son centre u
n N en cuivre)
et longue flamme en drap jaune avec gland et passepoils bleues, sur les passep
oils des dents dessinés de couleur blanches.

I   Shako de grenadier ( galon noir pour les fusilier,               IV Jugulaire de grenadier
jaune pour les voltigeur, tresse et raquette blanc pour tous).   
II  Pompon de voltigeur                                                         V Celui des Voltigeurs                    
III Pompon de fusilier                                                           VI Ceux des fusiliers

 







Le sapeur de la Vistule en colback,  
 
Il est assez haut sur le devant un soleil en cuivre
avec en son centre un N pas de visière.
Plumet 2/3 du bas bleu foncé et l'autre tiers haut noir.
La flamme ne tombe pas plus bas que l'oreille.
Pas d' aiguillettes.


Pour les 2 régiments de Lanciers de la Vistule
:

Voici l' uniforme que portaient nos lanciers
 

   Celui de gauche étant le 1er régiment sous les ordres de Stanislas Kicli créer en 1808
futur 7ème Chevau-légers
    Celui de droite le 2éme régiment sous les ordres de Thomas Lubienski créer en 1811
futur  8ème Chevau-légers
     La différence entre ces deux régiments est le collet et les parements, chaque unité sera formée de 47 officiers et 1124 sous-officiers et soldats. les régiments de la Légion étaient traités en tout comme les régiments français : solde, discipline.
Armements : la lance, le mousqueton, une paire de pistolets et le sabre.

Sur cette carte toutes les batailles des Polonais chevau-légers de la Garde inclus durant la campagne d'Espagne.
1Rolica 2 Vimiero 3Sahagun 4Benavente 5Cacobelos 6corunna 7Oporto 8Cadiz 9Talavera 10Bussaco 11Fuentes de Onoro 12Barrossa 13Albuera 14Ciudad Rodrigo 15Badajoz 16Salamanca 17Burgos 18Vitoria 19San Sebastian 20Sorauren 21Saragossa 22Bailen 23Somosierra 24Garcia Hernadez 25Madrid 26Tudela 27PanCorbo 28Valmaceda 29Ocana 30Valencia 31Bayonne 32 Arroyo dos molinos 33Medillin 34Medina del Rio Seco 35Almeida 36Toulouse 37Vera


Pour le régiment des Chevau-légers de la Garde :
--Ce régiment fera partie une étude ultérieure--
       Crée en Mars 1807 sous les ordres du prince Jean Sulkowski il fut composé en ces débuts de 4 escadrons de 2 compagnies, soit 960 hommes pour le régiment. Pour l' Espagne c'est Murat qui emmena avec lui 2 escadrons ceux de Lubienski et de Kozietulski.





















       Armement : Le mousqueton, le sabre et une paire de pistolet. Rappel la lance fit son apparition qu'en 1810 et sûrement pas à Somosierra en 1808.

    Epilogue :
     Les Polonais en Espagne se couvrirent de gloire ils se forgérent une réputation de guerrier farouche et courageux, ils se battaient avec élan et générosité mais supportaient mal la guerre contre les guérilleros espagnols cette guerre difficile et cruelle qui devint rapidement impopulaire envers les officiers et soldats.
      La relation entre la populace était excellente où du moins plus facile que les français cela étant dû à la religiosité des polonais comparer à celui des français qui étaient peu respectueux de l'église.

Mes sources pour ce paragraphe sur les Polonais en Espagne:
L'armée du duché de Varsovie de J V Chelminski et A Malibran
Campagne d'Espagne 1807 1814 de Jean Trainié et JC Carmigniani
Soldats Napoléoniens n°7         
Napoléon et les troupes polonaise HS tradition n° 8      
Tradition n° 205 et 206
Charmy "Splendeur des uniformes"
Planches:
Keithrocco (SN), Knôtel et Rousselot, Tradition et Charmy,
   
Repost 0
Published by M.patrice
commenter cet article
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 10:04

 

 



Je ne prétends pas connaître, de par ce blog, la vérité absolue sur les uniformes polonais,  j'accepte volontiers toutes critiques positives à des fins constructives.



Pour consulter toute ma liste... Voyez dans
"Articles récents" et cliquer sur "
liste complète
"
 
contact : patricem02@wanadoo.fr






  Et si vous voulez plus d'information sur les soldats polonais de tous temps
 je vous invite a visiter ce site, vous y trouverez de la documentation et des images inédites.


                         
les soldats polonais

    Après la bataille d'Austerlitz, le peuple polonais formulait un espoir de liberté, mais ce n'est qu' après Iéna, que le temps de la délivrance était venu. Le traité de Tilsit en 1807 créa le Grand duché de Varsovie.

        legion1Napoléon entrevoyait la formation d'une grande confédération englobant les états allemands et la Pologne, afin de refouler le plus loin possible les russes.  infant 12
  



 
                                             

                   les troupes polonaises servent déjà directement notre cause depuis 1797 en Italie.   
        Le premier réorganisateur de l'armée polonaise va être le général Dabrowski, le 16 novembre 1806, Dabroswki propose d'organiser 4 régiments d'infanterie plus 1 compagnie de chasseurs à pied, 2 régiments de cavalerie et 1 compagnie d'artillerie.
     Le 29 novembre, Napoléon ordonne au général Dabrowski de mettre sur pied 8 régiments d'infanterie,  les trois principales régions de formation de cette nouvelle armée polonaise étaient Kalisz, Poznan, Varsovie. Leur premier affrontement a lieu entre polonais et prussien en retraite vers Dantzig.
         Ce n'est que le 1 mars 1807, en application du décret du 10 janvier, que les troupes sont enfin réorganisées en 3 légions (1er à Varsovie, la 2éme à Kalizs et la 3éme à Posen et Bromberg). En 1810, alors fort de 17 régiments d'infanterie et de 16 de cavalerie, Poniatowski fixe le règlement sur les uniformes des troupes et de l'administration du Duché.
       En 1812, des nouveaux régiments vinrent remplir le contingent venue de la Lithuanie, mais après la débâcle de Russie une nouvelle réorganisation à lieu, suite à l'état lamentable des forces polonaises.
infanterie polonaise
    Vistule 12        








 
  
  Lanciers---5.jpg  


   L'infanterie alignera jusqu' à 22 régiments,
   la cavalerie 20 régiments sans compter sur
le 1er Régiment de Chevau-légers de la Garde,
et ceux de la Vistule.
FIGURINES-1172.jpg


       



           Cependant, malgré des difficultés, l'amour de leur patrie et l'espoir de la voir un jour renaître,  ont permis aux Polonais
d 'endurer  8 longues années meurtrières. Même si Napoléon n'a pas tenu les promesses d'indépendance qu'il leur à faites. Ils ont su rester les plus fidèles des fidèles.

IMG_1176.jpg
 

      
   
  Ce blog est consacré à l'uniforme et l'histoire de ces hommes, venue de la douce plaine d'Italie, jusqu'aux dernières charges à Waterloo, en passant sur les terres les plus hostiles, l' Espagne et la Russie.
                  

                               Ce sont plus de 200 000 polonais qui servirent la cause française.

   IMG_4848-A.JPG

           IMG_1126.jpg

















    


waterloo 2010 092 A      waterloo 2010 083

 

 

 

 

 

  polonais.jpg

  waterloo 2010 031

 

 

  

 

 

 

 

    Les photos sont libres de droit, la plupart m'appartenant.
   Si d'aventure vous ne seriez pas favorable a vous voir figurer sur cette page,
    je me ferais un devoir de retirer la photo vous concernant.










                                 LES FIGURINES SUR LES POLONAIS

Faites moi parvenir vos réalisations en figurines quelques soit l échelle et la matière et je me ferai un plaisir de les mettre sur mon blog avec votre légende.
                                     Attention uniquement les POLONAIS SOUS L'EMPIRE.

 












FIGURINES DE CHEZ PEGASSO


FIGURINES DE CHEZ "MODEL"

http://www.m-model.pl                             

                                                                                                                         
   


 









SUPERBE FIGURINES EN 54MM DANS L'ORDRE :               
1er RGT DE CHEVAU-LEGER A SOMOSIERRA.......
COLONEL D'INFANTERIE..........ENCORE LE 1er A WAGRAM


                                   CI-CONTRE LE 4éme DE LA VISTULE EN ESPAGNE.







 Le CLUB " Les Gendarmes d'ordonnance du téméraire"

 

 

Le 10éme Régiment de Hussards
en premier plan avec son cheval blanc le trompette








Un régiment Polonais en marche
avec à droite un cornet de voltigeur et arrière gauche en bonnet d'ourson, un grenadier.
"Attention l'aigle des polonais et argenté pour tout les régiments d'infanterie"











                                                   Les figurines de Franck












Le 1er régiment de chevau-légers lanciers de la Garde en tenue de route où de campagne, trompette en tête avec son officier d'escadron.




Un uniforme parfait d'un  général Polonais. Les généraux Polonais se distinguent par des broderies en argent.
Un général de division porte 3 étoiles en or sur chaque épaulette et celui de la brigade 2 seulement.



Encore de belle figurines 25mm de notre ami Franck qui semble être un inconditionnel de L'Armée Polonaise


Un tambour de la 1er Légion en 1807
cela peut-être soit le 1,2, 3 ou 4ème Rgt
Avec un officier subalterne et des Voltigeurs.
Sur son cheval un aide de camp d'un général
de division, reconnaissable à son brassard
au bras droit.






Les dernières réalisations de FRANCK 

           Les artilleurs à pieds....
Fin 1806 une compagnie avec seulement 6 pièces
Ce ne fut qu'en 1808 que cette artillerie à pied
fut complètement organisée.

  



   Officier d'artillerie à cheval avant 1810
C'est aux frais de Wladimir Potocki que cette artillerie
vit le jour en 1808.















Des nouvelles photos de Polonais de Patrick             
 figurines Minifigs en 25mm peintes par
Claude Daviet




Le 4ème Rgt d 'infanterie polonais en 1812 , avec son tambour portant la tenue avec galon à la livrée.


artilleur 1810-copie-1

Les artilleurs à pied en grande tenue,
 la tenue réglementaire est la suivante :  le pantalon soit vert sans ornement soit bien bleu à passepoil rouge tenue portée en hiver et en été, pantalon de toiles blanches.
En arrière plan, le train sa tenue est conforme.

          

 

 

                                                                       


Sur cette photo nous voyons le trompette
 du 10ème régiment, conforme au règlement,
les bottes sont jaunes pour le 10éme et rouge
pour le13ème.






                                                                                 

                                                                                Le prince Poniatowski avec le colonel : au choix soit Tolinski où Sokovicki du 13éme régiment de Hussards.
                                                                            




                                           ENCORE DE BELLES FIGURINES DE PATRICK
                                                                                          



Les artilleurs à cheval, un seul régiment à 2 escadrons
à 2 compagnies. Sous les ordres de Potocki








4 hussards des compagnies d'élite,
 2 du 10éme avec trompette ceux de gauche
et 2 du 13éme ceux de droite.

Bravo beaux cavaliers










Au tour de Pascal dit "graillou" du club les Aigles Villeurbannaises, de me faire parvenir ces polonais.
Son Armée polonaise des marques Front rank et  Old Glory est avant tout sentimentale et familiale. Gageons que sur le terrain de jeu il est plus impitoyable que sentimental.




Voltigeur de la  2éme division ou légion, reconnaissable aux couleurs distinctives cramoisies.
Là, notre ami a représenté le 8éme Régiment avec un cornet sur la gauche.










Superbe drapeau d'un régiment de ligne...










                       
 DE BIEN BELLE FIGURINES D'UN AUSTRALIEN DU NOM DE
      ROLY HERMANS   
       Des lanciers de la Vistule du 7éme régiment
    

















                                


                                   


 

      

  JOLIE ET QUEL TALENT POUR CET ENSEMBLE !
photo comprise

  En ce 2 Octobre 2009, mon ami "Nicéphore" que vous pouvez trouver régulièrement sur le site de "figbazar" m 'envoie son oeuvre sur ces polonais de la Vistule 1808.

         Son travail est soigné et sans reproche.

  Néanmoins pour le plumet de l'officier :
             --- base rouge et le haut en blanc se rapprocherait plus de la tenue.
                                   Superbes figurines une fois de plus de Front Rank en 25mm.

                      
 
               De gauche à droite : l'officier, le tambour de fusilier, un grenadier, le voltigeur et pour finir le fusilier.

    lancier 002Toujours l'ami Nicéphore à qui je dois les "Chevau-légers Lanciers Polonais de la lancier-004.jpgGarde"

c'est du 15mm de la marque "Touller"

 

 

 

 

 

 

 

 

  Voici deux Tambour-Majors en 15mm de la  marque AB.....Ces pièces sont une copie du livre des éditions Karabela "Wojsko ksiestwa warszawskiego" livre en deux volumes.

Celui de gauche appartenant à la IIIe légion et celui de droite à la IIe légion (1806/1807)

 
 DSCN3417

       DSCN3418

 

 

 

 

Toujours et encore mon ami Nicéphore, qui cette fois-ci m'a peint du Front Rank en 25mm.

          L' infanterie durant la campagne de Russie.

 

polonais2.jpg

 

 

 

 

polonais4.jpg

 

polonais1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Voici ma dernière nouveauté, peinte par les Centurions de l'Aisne (02) de St Quentin.

DSCN3838

 DSCN3840

 

 

 

 

 

 

DSCN3839

 

 

 

 

 

 

 


                                                                                          


Une superbe réalisation en 54mm
Le cheval est "Historex" avec des morceaux de "Segom"
Du tissus et du "milliput", beaucoup de patiente et cela donne ça!!
oeuvre de    Ivo preda    sur le forum des "APN"





                                                 LE PRINCE PONIATOWSKI





  Superbe travail de deux personnes que sont Jean-Pierre et Carole Bizon
    extrait de leur talent sur leur site figurines de collection

 Le trompette du 1er régiment de Chevau-léger polonais.

     
                                   
                                                 Figurines 54mm de chez "métal modèles"
 Remarquez  le clairon :
     il n'est pas de couleur bronze comme on peut en voir, mais bien de couleur argenté.

  
 
Repost 0
Published by M.patrice
commenter cet article

Présentation

  • : 1er Empire et Nos Polonais
  • 1er Empire et Nos Polonais
  • : UNIFORMES et HISTOIRES des soldats polonais qui ont servit la FRANCE sous NAPOLÉON 1er
  • Contact

Visiteur

<img src ="http://perso0.free.fr/cgi-bin/wwwcount.cgi?df=[les-polonais-sous-l-empire.over-blog.com22].dat&ft=2&st=1&dd=A">

Recherche