Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2018 6 29 /12 /décembre /2018 15:32

             La permission de suivre l'Empereur Napoléon à l'île d'Elbe.

 

Les escadrons étaient commandé par le chef d'escadron baron Jerzrnanowski, ayant sous ses ordres les capitaines Balinski et Szalz, les lieutenants Fîntowski, Showrouski, Koch et P.iotrowski. (Pendant la nuit du 11 au 12 avril, qui suivit le départ du général Krasinski, il rentra à Fontainebleau plusieurs petits pelotons de sous-officiers et chevau-légers qui demandaient à suivre l'Empereur à I'Ile d'Elbe. Ils furent renvoyés.)


Le lendemain de son départ de Fontainebleau, le général Krasinski se rendit à Saint-Denis, où il se mit immédiatement sous les ordres de S. A. 1. le grand-duc Constantin de Russie;

Alors, les deux régiments présentaient un effectif de 100 officiers, de 1,284 hommes de troupe montés, habillés, et de 280 hommes démontés. L'habillement, l'équipement, le harnachement et l'armement de cette troupe, partant pour rentrer en Pologne, furent complétés avec tout ce qui existait dans les magasins du régiment
qui se trouvaient au logement du capitaine d'habillement Pfeiffer, rue du Faubourg-Saint-Denis, 109.

Les distributions furent faites depuis le 12 avril jusqu'au 6 juin suivant, que les deux régiments cantonnèrent à Saint-Denis et dans les environs. (Ils avaient cessé d'être soldés par la France le 1er mai 1814.)


Enfin, le 7 juin 1814 après 7 ans et 2 mois de service, à partit du 6 avril 1807 , époque de la formation, les deux régiments furent réunis sur la route entre Paris et Saint-Denis. S. A. 1. le grand-duc vint en passer la revue et ils furent mis en route, toujours sous le commandement du général de division Krasinski , pour retourner
en Pologne, laissant à Paris les membres du conseil d'administration, présidé par le chef d'escadron Jankowski (le général Dautancourt, présent à cette dernière revue, n'ayant pas voulu présider le conseil en sa qualité de Français),
En quittant le service de la France, ces régiments partirent méritant (ils sont fiers de pouvoir le dire) et emportant avec eux la reconnaissance, l'estime et les regrets de toute l'armée française.

   

 

Partager cet article
Repost0

commentaires